AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Isabelle Tremblay

Aller en bas 
AuteurMessage
Isabelle Tremblay
Vénérée Admin Brunette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1019
Age : 26
Citation du moment : J'ai des envies de magie noire dont tu n'as pas le moindre doute...
Humeur : Rêveuse.
Date d'inscription : 04/12/2006

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Dans son coeur: Y' a un duc têtu qui squatte...

MessageSujet: Isabelle Tremblay   Lun 25 Déc - 17:46

Prénom(s) – Nom :
Isabelle Tremblay

Date de naissance :
28 janvier 1640

Statut :
Domestique au château

Caractère :
Isabelle Tremblay est tout de même un peu plus qu’une fille du peuple. S’amusant dans son jeune âge dans les ruelles de Paris, elle en garda une curiosité et une impatience énormes, car c’était une enfant très agitée, voire turbulente.
Cette impatience et curiosité mélangées l’entraînent dans une détermination hors du commun. Elle est donc têtue, ou même persévérante, comme vous préférerez. D’un caractère enflammé, c’est une fille rancunière et vengeresse, et elle ne vous laissera pas échapper lors d’un moindre dérapage... prenez garde à Mademoiselle Tremblay.
Ainsi, pour parvenir à ses vengeances et à ses buts, on lui voue un courage sans limites. Il ne faut jamais faiblir, jamais devant l’ennemi.
Courage qui lui offre aussi en prime une grande impulsivité. N’oubliez pas qu’elle est impatiente ; combinée à cette intrépidité, elle ne réfléchira pas deux fois sur une affaire, quitte à faire le mauvais choix... Mais, pour posséder une telle impulsivité, il faut aussi qu’Isabelle sache se débrouiller seule, sans avis de personne, chose qu’elle fait très bien. De surcroît, elle ne supporte pas qu’on lui dise ce qu’il faut faire contre son avis. Oui ; elle est insolente envers les supérieurs.
C’est là envers tout les qualités et défauts très prononcés chez les meneurs, et Isabelle a tout d’une meneuse. C’est celle qui arriverait à vous entraîner dans le voyage le plus grotesque et sans fondement existant.
Cela ne veut pas dire qu’elle ne sait pas réfléchir, non. Son éducation a peut-être été un peu abrégée, mais elle a de grandes capacités. Sachant lire mais pas écrire, coudre, cuisiner et quelques autres choses, elle est détentrice en outre d’un esprit assez ouvert aux nouveautés et aux apprentissages. Elle n’est pas simplette, mais elle pourrait sans doute, si elle en avait l’occasion, posséder plus de connaissances.
N’oublions pas, malgré tout cela, qu’une grande timidité peut se manifester chez cette fille lorsqu’il s’agit de... l’amour. Parfaitement : ne possédant aucune expérience dans ce domaine-là, elle pourrait devenir aussi rouge qu’une tomate, ou au contraire blanchir et pâlir lorsqu’on lui citerait ses sentiments.
Plus qu’il ne le paraît, elle se préoccupe de la bienséance et de sa dignité. Plusieurs fois, des envies (meurtrières, par exemple...) pourraient être stoppées par son orgueil et son souci de bien paraître.
Que dire d’autre ? C’est une jeune fille douce et gaie, sans aucun doute. Elle ne refusera, et cela est sûr, aucune demande d’aide, et fera de tout pour aider son entourage. Elle sait aussi réconforter, et soigner les blessures autant physiques qu’autres.
Pourtant, il ne faut pas la croire naïve non plus. Elle se méfie, et même plus qu’elle ne devrait, des nobles surtout, mais aussi de certains dont elle n’a pas un bon pressentiment. N’oublions pas aussi sa maladresse ; une faute ou une bêtise est si vite commise... et la punition vient tout de suite. Or, s’il y a bien une chose qu’Isabelle déteste, c’est devoir se soumettre, comme je l’ai déjà fait remarquer ; des coups de fouets ou un séjour au cachot sont encore plus haïs, car ils symbolisent, sans aucun doute, sa soumission à la Couronne, comme simple domestique de ceux desquels elle désire se venger...


Physique :
On pourrait commencer de décrire Isabelle par un regard noir pétillant, plein de malice, entouré de sourcils prononcés. Avec de longs cheveux sombres et ondulés encadrant son visage, Isabelle possède un tein assez clair et des fossettes. Son nez, petit et bien placé, surmonte des lèvres rouges au sourire éclatant. Son cou, frais et vif, est toujours orné par un médaillon offert par son père.
La silhouette mince d’Isabelle n’est peut-être pas très grande, mais elle est très souple. On lui trouve des bras et une taille fins, avec un décolleté raisonnable. Bien sûr, l’on ne voit jamais ses jambes ; il serait de la plus grande incommodité pour une jeune fille qu’on la voie autrement qu’en robe. Robe qui, d’ailleurs, fait assez souffrir la jeune fille, car, plus que d’être presque des haillons, cette robe, par le corset, réduit son champ de manoeuvres. On lui trouve sous ses jupons de petits pieds toujours couronnés par des souliers, dont elle prend beaucoup soin, car des souliers coûtent le prix d’un mouton, soit très cher ; ou bien par des sabots.

Histoire :
Un jour d’hiver de 1640, naquit chez les Tremblay une petite fille. C’était leur deuxième enfant, après l’ainée, Jeanne. La petite fut nommée Isabelle, tout comme sa marraine dont elle ignore depuis toujours l’identité, et baptisée catholique quelques jours après sa naissance. Le père Tremblay projeta quelque dessein de la marier avec le second enfant des Boulvier, dont l’ainé était déjà promis à Jeanne ; le cadet de cette famille mourut cependant quelques jours après la naissance d’Isabelle, et ce plan devint irréalisable.
Les Tremblay n’étaient peut-être pas une famille exactement aisée, mais gagnaient assez pour survivre. Le père Tremblay, soldat au service du Roi, partait souvent à la guerre, et en bon soldat, revenait toujours victorieux, offrant ainsi à sa famille de quoi manger et vivre par de bonnes primes de guerre.
Ainsi, les Tremblay, bien que d’origine noble, ne l’étaient pas faute de terres, mais vivaient mieux que leurs voisins, ce qui faisait d’eux des demi-bourgeois.
Dans cette ambiance grandit Isabelle. Bientôt, à l’âge de quatre ans, elle reçut un petit frère, Jacques, et la famille fut à son comble de bonheur ; un garçon était tout ce qui leur fallait.
Comme enfant, Isabelle était gaie et farceuse, intrépide et moqueuse. Elle s’amusait dans les ruelles de Paris avec d’autres enfants de son âge, la plupart du temps à des jeux de garçon. Sa mère la grondait, beaucoup plus qu’elle ne grondait sa fille aînée, mais jamais une main fut levée sur la petite Isabelle.
Un jour, alors qu’elle avait neuf ans, un messager officiel apparut devant la porte de sa maison. La mère Tremblay ouvrit, et, de but en blanc, sans aucune délicatesse, on lui annonça que son mari avait été tué à la guerre. La pauvre femme manqua de défaillir. Elle aimait profondément son mari, et attendait, tous les jours depuis qu’il était parti, impatiemment son retour. Malheureusement, elle ne le reverrait jamais.
Les funérailles furent sombres et terribles. De cette mort, tout ce qu’il resta à la famille Tremblay, ce fut une petite pension venue d’on ne savait même pas exactement où, pour les services à la guerre du défunt père et mari, de laquelle la famille décomposée pouvait à peine en tirer de quoi vivre.
Les années passèrent et, miraculeusement, aucun des enfants Tremblay ne mourut ; Isabelle devenait une belle jeune fille, rieuse et combattive. La rancune contre la couronne lui restait pourtant dans le coeur ; c’était à son service que son père était mort. Peu à peu, elle commençait à s’apercevoir de l’injustice qui regnait autour d’elle, de la souffrance du peuple ; cette transition dans le monde réel fut dur, froid. Isabelle se mit en tête des idées vengeresses.
Cela ne l’empêcha pas de continuer à vivre. Sa soeur, mariée assez tôt, la faisait venir chez elle alors qu’Isabelle avait douze ans, pour se distraire d’un mari qu’elle n’aimait pas ; ainsi, Isabelle passait parfois ses journées à egayer sa soeur, et elles en devinrent assez complice.
Isabelle aimait aussi s’occuper de son petit frère Jacques, qu’elle aimait tendrement.
C’est peu après qu’elle ait complété treize ans que sa mère tomba gravement malade. Les impôts ayant été hautement augmentés par le cardinal Mazarin et les prix ne cessant de croître, la petite pension que recevait la famille ne les nourrissait plus, ne les faisait plus vivre, quand bien même soigner ! Quelques mois plus tard, la pauvre femme mourut, et de maladie, et de famine. Celle-ci n’avait même pas une quarantaine d’années.
La colère explosa au coeur d’Isabelle, issue d’une douleur étouffante. Toutes ses souffrances, toutes ses peines, tous ses chagrins, ils étaient tous faute de la Couronne... de Mazarin et d’Anne d’Autriche.
Ils le paieraient, foi d’Isabelle.
Jeanne habitait dans une maison de Paris un peu plus loin. Leur petit frère vint à habiter avec la soeur aînée et son mari, mais si ceux-ci pouvaient bien survivre grâce à leurs revenus, ils n’auraient jamais assez d’argent pour nourrir Isabelle en plus. C’est pour cela que, après vente de l’ancienne maison des Tremblay, celle où ils étaient tous nés, Isabelle s’installa chez eux, mais dû se nourrir seule, travaillant au château du Louvre comme domestique.
Plus tard, lorsque la Fronde a lieu, elle pensa à cette occasion comme l’occasion de détrôner Mazarin, causeur de ses malheurs, et de laisser libre champ au Roi, qui ferait certainement de meilleurs choix pour son peuple. Elle ignore alors que la Cour est en train d’être transférée en vitesse à Versailles, et que par la même occasion, elle le sera aussi. Isabelle s’engage donc dans la révolte, espérant ainsi aider le peuple souffrant. « Chassons le Cardinal Mazarin, et vive le Roi... »



Signe(s) particulier(s) :
Il y a bien des mystères, autour du couple Tremblay, les parents d'Isabelle. Ce que leurs enfants n'ont jamais su, c'est qu'ils avaient un secret bien gardé. Quel serait ce secret ? Le seul moyen de le découvrir, ce serait d'ouvrir la vieille cassette de Catherine Tremblay, aujourd'hui en possession de Jeanne.

Avatar :
Victoria Petrosillo

Code du règlement :
[ Code O.K. ]

-----x-----

Hors-Jeu

Comment avez-vous connu le forum ?
Moi ? J’en suis admin Rolling Eyes

Autres :
/

Autre personnage ? :
/

Age en vrai ? :
14 ans, bientôt 15.

Prénom ? :
Thaïs

_________________



Si tu penses m'oublier,
oublie ce que tu penses.


. . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kingsuntime.positifforum.com
 
Isabelle Tremblay
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isabelle Caro, ex-mannequin, anorexique, et morte
» Bureau d'Isabelle
» Isabelle
» Isabelle H. Wolfe
» Fiche Isabelle Delacre [en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps du Roi ~ Une Légende :: ¤ Avant de Jouer ¤ :: Premiers pas à Versailles :: Présentation des Personnages-
Sauter vers: